vendredi 26 septembre 2008

Surprising Africa @ Picnic

Par: A. Koda Traoré

Picnic, est un événement qui se tient chaque année dans la vieille et attractive cité d'Amsterdam, haut lieu des philosophes, intellectuels, peintres et autres fantaisistes. Comme dirait mon ami le poète, "des gens qui sont considérés comme fous parce que tout simplement les autres ne le sont pas assez".

PICNIC, c'est tout cela à la fois, un immense réservoir de créativité, de rêves, de fantaisies et ... de naïveté. Cette année, Surprising Africa a fait salle comble. Nous étions tous simplement heureux de découvrir les applications et innovations dans divers domaines du développement. Je vous en ai sélectionné quelques unes au passage, tout en vous invitant à visiter le site de PICNIC pour en savoir d’avantage.

La téléphonie mobile, encore et encore !
C’est sans « surprise » que l’on peut noter tout l’attrait de la téléphonie mobile et son succès manifeste dans de nombreux pays africains. Tenez par exemple, Vodaphone Kenya et « le mobile banking » autrement dit le télépaiement grâce au mobile ; Oneworld ou l'utilisation des TIC pour mieux éduquer les jeunes à la question du SIDA. Dans ce cas on a pu apprécier comment un projet OneWorld au Nigéria a pu optimiser l’utilisation du texto (SMS) connecté à une plateforme web. J'ai même cru reconnaitre des ordinateurs de type OLPC, One Laptop per Child (un portable pour enfant). En tout cas les enfants semblent adorer... C'est fascinant... Je ne peux terminer ce passage sur le mobile sans mentionner le témoignage de Nyurubugara, journaliste rwandais qui nous a montré comment il est possible de faire des reportages vidéo avec des téléphones mobiles (http://voicesofafrica.africanews.com/) et avec quelques exemples bien choisis, comment le mobile a pu changer positivement le mode de vie de paysans africains au Kenya, en Ouganda, au Cameroun . Notons que pour le Cameroun, SAILD une ONG locale et son système ALLO Ingénieur a suscité beaucoup d’intérêt du public. J’ouvre ici une parenthèse pour brièvement expliquer de quoi il s’agit. ALLO Ingénieur fait partie de ce que l’on appelle communément un Service Questions Réponses. Ce service qui a été initié par le CTA au début des années 1990, consistait à répondre à des questions relatives au secteur de développement agricole et rural. Apres une évaluation, ce service a été décentralisé pour appuyer directement des structures d’information dans les pays ACP. C’est ainsi que depuis lors le SAILD, une ONG Camerounaise, en a bénéficié dans le cadre de son système ALLO Ingénieur qui est une ligne verte mise à la disposition des producteurs et acteurs du développement rural pour accéder directement à leurs ressources documentaires et à leurs experts.

Dans la web-industrie, l’inévitable Google, géant de la recherche sur le Web nous a présenté sa plateforme http://www.google.org/ . Google.org investit dans l'éducation, l’appui aux petites et moyennes entreprises, la dotation directe de fonds. Présent en Afrique de l’Est, j’espère que d’autres régions africaines pourraient en profiter. Business et objectifs sociaux ne sont pas si incompatibles diriez-vous. Attendons de voir…
Dans l’après midi au moment où la torpeur commençait à envahir tout doucement les esprits, notre blogueur, Ethan Zuckerman's est venu réchauffer la salle et partager avec nous toute sa passion du blog. A la manière du conteur africain, il est venu nous présenter les expériences des blogueurs du Monde et tout l’intérêt du « blogging ». Il ne s’agit pas « seulement d’informer, il s’agit surtout d’exister, de partager des perspectives ou simplement de témoigner anonymement» a t’il martelé devant une audience séduite. Le pouvoir du blog est extraordinaire a poursuivi notre orateur. « Nous autres internautes, sommes pour la première fois de l'histoire détenteur d'un pouvoir essentiel, celui de l'information ». Même les media traditionnels sont obligés de s'adapter.

Dans le secteur de l’éducation, que dire par exemple de Nairobits (http://www.nairobits.com/), une école du web design de Nairobi ? Cette école qui prend le contre pied des formations classiques, ne demande qu’un minimum de niveau pour accepter les étudiants qui y postulent. Mais à la sortie, la performance est telle que l’école réussit à placer 100% des élèves formés dans les compagnies Web du Kenya.

Il y avait aussi de l’architecture !
N’a ton pas en effet coutume de dire que « ce qui se conçoit bien s'énonce clairement et les mots pour le dire viennent aisément ". L’architecte Burkinabé, nous en fait la démonstration dans un exposé simple empreint d’humanisme et d’amour qu’il éprouve pour son village de Gando au cœur du pays des « Hommes intègres ». A Gando, Francis Kere a réussi avec peu de ressources et la participation communautaire à construire des écoles modernes en utilisant de l’argile collectée localement pour le plus grand bonheur des enfants de la localité. Un exemple à répliquer… Pour en savoir plus : http://fuergando.de/fr/

Enfin, de la poésie pour adoucir nos cœurs et nos esprits !
Nous avions eu loisir d’écouter ou de (re)écouter pour certains, les rythmes de l’Afrique, de l’Afrobeat au rap kenyan, chacun y a trouvé son gout. Mais le clou de la journée est certainement la présentation de Lamis Saidi, poète et informaticienne algérienne qui a tenu en haleine et rempli d’émotion toute la salle pendant une quinzaine de minutes avec un recueil de poème qui a su valoriser tout le charme de la culture orientale et africaine. On ne pouvait rêver mieux comme conclusion. A la question de l’animateur, la poésie peut-elle contribuer au développement de l’Afrique à l’instar des toutes ces technologies qui nous ont été présentées? Madame Saidi a répondu très simplement: « La poésie contribue au rayonnement de l’âme et apporte la joie intérieure ». C’est comme les fleurs a t-elle ajouté, on ne les mange pas mais on en a besoin pour agrémenter notre quotidien. Que dire de plus!

Bref, je pourrais y passer des journées entières et consacrer des dizaines de messages. Le slogan de « Surprising africa » n'est en effet nullement usurpé: « il ya de l’inspiration dans toute chose, si vous ne la trouvez pas, essayez encore» (Paul Smith). Même si certaines présentations ont péché par leur jeunesse (j’évite à dessein le mot immaturité), elles nous montrent combien il est utile de s’engager, de croire en ce que l’on fait et d’innover parce que la réussite est certainement au bout du chemin.

Ne ratez pas PINIC 2009

3 commentaires:

Anastácio Soberbo a dit…

Olá, goût très du Blogue.
Excuse ne pas écrire plus, mais mon français n'est pas bon.
Une accolade depuis le Portugal

Marina a dit…

Merci Koda, de te faire reporter d'un évènement qui effectivement semblait immanquable! Je me mordrais les doigts si je n'avais pas quitté les Pays-Bas, pour justement goûter à la générosité et à l'inspiration africaine, ici à Lagos (oui, Lagos!!). Il y a à agir encore pour faire communiquer l'Afrique, au sein même des pays, du continent, et avec le reste du monde, mais pour sur l'Afrique, forte d'un peuple qui vibre, n'a pas fini de nous surprendre!

Marina a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.